Ali Bongo a convoqué un nouveau Conseil des Ministres ce lundi 13 septembre 2021, soit moins d’une semaine après le précédent. Au regard de cet empressement, les populations s’interrogeaient sur les principaux points à l’ordre du jour.

Les tenants du pouvoir ont commencé à déployer leur stratégie pour les prochaines échéances électorales de 2023. Pour cela, ils ont nommé le Colonel Jean Luc Amvame Ndong, comme attaché militaire du Gabon en Chine et ont confirmé le Colonel Frédéric Bongo Ondimba et le Colonel Arsène Emvahou comme attachés militaires en Afrique du Sud et en Belgique avant de procéder à des nominations stratégiques au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Le Conseil des Ministres tenu ce lundi 13 septembre 2021 a été précédée d’une cérémonie de décoration aux grandes distinctions honorifiques de certaines personnalités dont « les états de service sont quasi-inexistants », révèle Le Gabon Aujourd’hui. Aussi, la décoration des personnalités comme Yann Koubdje, Directeur Général du Trésor Public, Jessy Ella Ekogha, Porte-parole de la Présidence de la République ou encore de Nourredine Bongo Valentin, Coordinateur des Affaires Présidentielles d’alors laisse beaucoup d’observateurs pantois.

Lire aussi:  Ali Bongo met les bâtons dans les roues à Junior Bongo et à Innocent Bemvome pour 2023

Cependant, il faut le dire, il s’agit spécialement de l’adoubement de l’équipe qui conduira désormais la marche « forcée » de Nourredine Bongo Valentin vers le palais du bord de mer. Pour définitivement clore le débat et anéantir définitivement les ambitions d’Omar Denis Junior Bongo Ondimba, une proposition de modification des conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle faite par Denise Mekam’ne Edzidzie, la Ministre des Relations avec les Institutions Constitutionnelles et les Autorités Administratives Indépendantes et entériné par le Conseil.

Lire aussi:  Noureddine Bongo, le prince chargé par son père de jouer le watch dog à la fin de l'ère BLA

Ainsi, pour être candidat, il faut avoir séjourné sur le territoire nationale au moins six mois chaque année pendant les deux dernières années avant la date de l’élection présidentielle. Cette nouvelle disposition met hors de course celui en qui beaucoup voyaient la réincarnation d’Omar Bongo Ondimba.

En outre, après avoir été nommé Conseiller Stratégique d’Ali Bongo afin de mettre la main sur la machine politique qu’est le Parti Démocratique Gabonais (PDG), Nourredine Bongo Valentin a été remis à la disposition de son administration d’origine. Laquelle ? En réalité, « il sagit d’une autre entourloupe car il s’agit pour lui d’occuper désormais l’espace politique et médiatique. On tente par là une symbiose entre la méthode d’André Mba Obame (AMO en 2009 et celle de Jean Ping Okaka (JPO) en 2016 », indique la même source.

Lire aussi:  Noureddin Valentin nommé à un poste stratégique au PDG à l'approche de la Présidentielle de 2023

Pour d’aucuns, c’est un moyen pour le « fils prodig(u)e » d’être libre de tout engagement afin de prétendre au Haut Commissariat de la République nouvellement créé et dont les prérogatives pourraient s’étendre au-delà de celles du gouvernement plongé dans un état léthargique. Tout est donc prêt pour dérouler le tapis rouge au fils de Sylvia Bongo Ondimba au lendemain des Présidentielles 2023 après validation des résultats par la Cour Constitutionnelle de Marie Madeleine Mborantsouo.