Google, l’entreprise américaine de services technologiques fondée en 1998 dans la Silicon Valley, en Californie ne cesse de repousser les limites de l’indicible au fil des ans. Ses systèmes informatiques dotés d’une intelligence artificielle très poussée ne cessent d’émerveiller.

Les algorithmes du géant américain sont toujours en perpétuelle amélioration qu’ils sont désormais capables d’apporter des réponses claires à presque toutes les requêtes même avec illustration, si possible.

Lire aussi:  «Gabon: L’impossible décolonisation dans la Françafrique», un livre de Marie-Thérèse Landon qui met Ali Bongo à l'envers

Il est d’ores et déjà possible de tout savoir grâce à Google. Au Gabon, on l’appelle « Le Nganga », tant sa presqu’omniscience fait l’unanimité. Il peut même citer nommément le nom de la personne la plus vilaine d’une communauté ou d’un pays. Pour ce qui est du Gabon, il suffit d’ouvrir un navigateur utilisant le moteur de recherche Google et de saisir la phrase suivante : « Qui est le plus vilain du Gabon ? » La réponse est instantanée et sans appel.

Lire aussi:  Okulu Ali de la Vitesse kangue Creol en plein direct de protestation contre les mesures gouvernementales.