Didier Janvier Ovono Ebang, l’ancien portier des Panthères du Gabon a été pendant longtemps la cible des regards moqueurs et le sujet de railleries sur la toile par les supporters Gabonais. Présentant un parcours en dents de scie, il a été sur surnommé « La Passoire » pour décrire la perméabilité des buts lorsqu’il se plaçait devant.

Lire aussi:  Après le départ de PEA, Pierre et Willy boycottent la sélection

Hier après la débâcle des Panthères à Benghazi, en Libye causée, entre autres, par une défense inopérante, mais surtout par un gardien peu vigilant, on se questionne réellement sur le niveau de performance des Panthères depuis le départ de Didier Ovono.

L’estime de soi est une base fondamentale à l’épanouissement personnel et au sentiment de satisfaction. L’estime de soi ne dépend pas que des réussites obtenues mais également des encouragements et des compliments de la part des autres.

Lire aussi:  Patrice Neveu a trouvé la faille des Panthères : Anthony Mfa Mezui, la passoire 2.0

Cependant, certains individus deviennent de plus en plus orgueilleux et hautains lorsqu’ils sont complimentés et félicités. D’autres ne donnent plus le meilleur d’eux-mêmes parce qu’ils pensent déjà avoir franchi le cap.

D’où la nécessité de réprimander quand ça ne vas pas et de féliciter quand tout marche bien, car ce n’est pas en félicitant un chat qu’il deviendra une panthère. Appelons un chat « chat ». Une panthère ne miaule pas!

Lire aussi:  Les Panthères seront-elles battues sur tapis vert ? La FÉCOFA plaint le mutisme de la FÉGAFOOT