Le ministre d’État en charge de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Alain-Claude Bilie-By-Nzé tire à boulets rouges sur les opposants alimentaires qui ont fait leur retour au Parti Démocratique Gabonais (PDG), le parti des masses crée le 12 mars 1968.

Après le retour tonitruant de René Ndemezo’o Obiang, le fils spirituel d’Omar Bongo à la maison du père en début avril 2021 et de Frédéric Massavala Maboumba en mai 2021, Jean Eyeghe Ndong a, lui aussi, annoncé se séparer de Jean Ping qui réclame le fauteuil présidentiel depuis 2016 pour se « chercher ailleurs ».

Cependant, ces retours en cascade au parti au pouvoir ne sont pas vus d’un bon œil par Alain Claude Bilie-By Nzé (ACBBN) qui y voit un dessein manifeste d’infiltrer le système pour mieux le détruire de l’intérieur tel un cheval de Troie.

Il y a de la clameur dans le ciel lorsqu’un enfant revient dans la maison du Père. Saluons donc le retour de toutes ces personnalités, mais n’oublions pas de lire ou de relire le Cheval de Troie — a-t-il publié sur Twitter ce mercredi 11 août 201.

Le terme « cheval de Troie » utilisé récurremment en informatique pour désigner un programme malveillant trouve son étymologie dans la mythologie grecque. En effet, après avoir vainement assiégé la cité de Troie pendant dix ans, les Grecs ont l’idée d’une ruse pour prendre la ville : Épéios construit un cheval géant en bois creux, dans lequel se cache un groupe de soldats menés par Ulysse. En l’espèce de l’art de la guerre chez les Grecs, il s’agit plus particulièrement d’une ruse de guerre.

Lire aussi:  Tchad: Un opposant au régime Deby et candidat aux futures élections victime d'une tentative d'assassinat

Pour ACBBN, ces retours pourraient être une ruse de l’opposition pour infiltrer le parti au pouvoir afin de l’anéantir aux prochaines échéances électorales de 2023. Pessimisme ou prudence ?