Compte tenu de la léthargie dont fait montre l’Université Omar Bongo (UOB) imputable à son ministère de tutelle, les promotions de bacheliers 2019, 2020 et 2021 sont condamnées à un statu quo les réduisant à un rapport d’ex aequo en dépit des années qui les séparent l’une des autres.

À l’Université Omar Bongo (UOB), les promotions de bacheliers sont condamnées depuis trois ans, au même sort. Entre celle de 2019 qui n’a pas encore achevée l’année académique, celle de 2020 qui n’a pas encore débuté les cours et celle de 2021 qui vient s’ajouter au lot, l’incertitude plane sur le sort des étudiants de première année souligne nos confrères de Reflets Gabon.

« L’UOB c’est pour les plus jeunes et les plus méritants », avait débité le 10 août 2020 Patrick Mouguiama-Daouda, un ministre de l’Enseignement Supérieur complètement aux antipodes de la réalité sur le sujet de l’orientation des nouveaux bacheliers. Aujourd’hui, l’établissement universitaire susmentionné, première vitrine du pays en matière d’enseignement supérieur est l’objet de moults questionnements suscitants ire et raillerie.

Lire aussi:  LTNOB: Un établissement scolaire qui s'est forgé une réputation guerrière au fil du temps et l'entretient bien

À votre avis, quel avenir pour un pays qui priorise la politique et le divertissement au détriment de l’éducation et de la formation entrepreneuriale ? Le kounabelisme, évidemment !