La 25e promotion de l’École Normale Supérieure (ENS) sortie en août 2020 et affectée le 03 décembre 2020 par l’Arrêté 0028 MESRSTTENFC/SG/DCRH revendique leurs présalaires devant la Primature gabonaise désignée comme seule responsable de cette situation qui clochardise les professionnels de l’éducation.

En effet, sur un effectif de 421 enseignants affectés seuls 71 ont perçu leurs présalaires et les 350 restants sont abandonnés à leurs tristes sorts alors qu’ils ont officiellement pris fonction et ont des charges à honorer. « Nous ne savons pas ce qui se passe entre le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère du Budget et le Ministère de la Fonction Publique. C’est la raison pour laquelle nous sommes à la Primature puisque la Solde nous fait comprendre que l’ordre vient de la Primature », déclare l’un des enseignants grévistes.

Les nombreuses réformettes engagées à la Fonction Publique n’ont pas encore apporté des réponses justes et claires aux revendications des fonctionnaires gabonais. Ce 06 juillet, ce sont des centaines de retraités civils et militaires gabonais qui revendiquaient un système des pensions/retraites plus égalitaire.

Lire aussi:  Gabon: une rentrée des classes à géométrie variable dès ce 27 septembre 2021

Quel avenir prédire pour la Fonction Publique gabonaise qui s’illustre désormais par une inefficacité sans précédent et une lenteur administrative dans la régularisation de certains dossiers clés ? Ça craint vraiment d’être fonctionnaire au Gabon.