Longtemps resté silencieux voire insensible aux problèmes qui touchent le quotidien des Gabonais notamment le drame de Mouila qui a fait 6 morts et l’arrêt des cours à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE) pour manque de tables-bancs et d’espaces pédagogiques, Ali Bongo Ondimba est enfin sorti de son hibernation mais cette fois, pour annoncer la naissance d’un proche cousin de la famille, un bébé gorille « né en milieu naturel ».

Ce mercredi 30 juin 2021 à 10 heures, Ali Bongo Ondimba a annoncé aux parents, amis et connaissances du monde entier « l’heureux événement » qu’est la naissance d’un bébé gorille surnommé « Alino » alors que la population broie du noir et cri à l’aide, genoux à terre sans réaction aucune. Les affaires de famille avant tout.

Un bébé gorille est né en milieu naturel de deux parents issus de parcs zoologiques. L’heureux événement a eu lieu au Gabon. C’est une première mondiale qui donne beaucoup d’espoir à celles et ceux qui se battent pour protéger les espèces menacées a-t-il publié sur son compte Facebook officielle.

Pour justifier l’argent octroyé par les organisations internationales et s’attirer les bonnes grâces des institutions financières étrangères qui défendent la préservation de l’environnement, le gouvernement gabonais et son président ne manque aucune occasion pour célébrer le moindre accomplissement. Après tout, il faut bien mériter les 17 millions de dollars versés par la Norvège.

Lire aussi:  [Société] Devant le fiasco du PSGE, le gouvernement invente le PAT pour sauver la face

Les internautes ne ce sont pas fait prier pour exprimer leur indignation face à la surestimation des espèces animales au Gabon au détriment de l’Homme: lorsque ce ne sont pas les éléphants, ce sont des gorilles. « Ya Ali, savez-vous que nous n’atteignons même pas 3 millions d’habitants et que nous avons les problèmes de tout le continent réuni ? Même des tables-bancs de la seule université sont en manque. Si je comprends bien, madame était enceinte et vous avez un nouveau né dans la famille », a réagi un internaute dépité par l’intérêt que l’on accorde à cet événement au regard de l’ampleur de la misère humaine.

Lire aussi:  « J'ai baisé ta femme, Ariel T. sans capote », quand Éric Tentlo nargue Joël Ntsiengori.

Quel est donc l’intérêt de préserver l’environnement au Gabon si les êtres humains sont en voie d’extinction ? Pour profiter aux pays qui financent l’initiative ?