Voici une énième sombre affaire de viols sur mineures dans la capitale de la Ngounié qui vient jeter l’opprobre sur la corporation des corps habillés du Gabon déjà en proie à plusieurs critiques pour ses pratiques peu flatteuses. Un capitaine de gendarmerie à la retraite, Apollinaire Mapangou Mabounda (57 ans), vient d’être arrêté à Mouila pour le viol répétitifs sur trois filles mineures de sa compagne. Le délinquant sexuel qui ne reconnait que partiellement les faits, a été jeté cette semaine à la prison centrale de Mouila en attendant l’ouverture de son procès. D’ailleurs que risque-t-il avec un système judiciaire foireux?

Lire aussi:  [Fait-divers] Cocue, une gendarme se serait donnée la mort à Owendo

Apollinaire Mapangou Mabounda est désormais à la disposition de la justice gabonaise qui devra faire son travail pour que les victimes et leur famille obtiennent satisfaction. Le gendarme à la retraite est accusé d’avoir abusé sexuellement des trois filles de sa femme. Des faits qui remontent jusqu’en 2014 alors qu’il était en fonction — donc intouchable — à Bitam, dans le Woleu-Ntem. Mais ce n’est que récemment que le pot aux roses a été découvert de ces 7 années de violences sexuelles sur les trois mineures.

Le criminel sexuel en série a débuté ses ignobles actes par des attouchements sur la fille ainée alors âgée de 11 ans. La libido pédophile et criminelle du gendarme s’est poursuivie jusqu’à sa mise à la retraite. Là, il ne cessera de multiplier les attouchements sur ses belles-filles jusqu’au jour où il passera proprement dit à l’acte sur la sœur ainée. C’est la femme du conjoint-violeur qui finira par être mise au courant sur les méfaits de son époux.

Lire aussi:  [Urgent] Un taxi termine sa course contre un poteau électrique au PK 10

Constatant que sa fille ainée se plaignait régulièrement de douleurs aiguës sur les parties génitales, la jeune fille désormais âgée de 17 ans passera aux aveux en dénonçant les actes sexuels de son beau-père. Sans hésiter, la mère saisira l’antenne de police judiciaire de Mouila pour dénoncer son époux-violeur. Interrogé sur ces faits présumés, Apollinaire Mapangou Mabounda ne reconnaitra que des actes de fellations sur ses belles-filles.

Lire aussi:  [Fait-divers] Un gardien de prison violeur en série mis aux arrêts

Conduit devant le procureur de la République, il reconnaitra enfin avoir abusé sexuellement de la plus grande mais dira toutefois que cela ne serait arrivé qu’une fois. Devant ces entrefaites, il sera placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Mouila où il médite désormais sur ses actes repréhensibles. Ses victimes ayant subi durant 7 ans le martyre de peur de représailles du militaire. Mais quelle honte !