Des étudiants gabonais agressés à l’acide au Sénégal ? C’est ce que l’opinion serait portée à croire après la diffusion d’une séquence vidéo de 26 secondes devenue virale sur les réseaux sociaux. Alors que certains crient à la xénophobie, d’autres, en revanche, suspendent tout jugement et ne reçoivent pour vrai que ce qu’ils connaissent évidemment être tel, après vérification.

Dans la vidéo publiée tôt la semaine dernière sur Facebook, on entend une jeune fille affirmer en sanglots « Les Sénégalais nous versent de l’acide. Je veux rentrer chez moi. » C’est émouvant, n’est-ce pas ? Mais, il faut parfois aller au-delà des émotions pour rencontrer la vérité. « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion », déclare Paul Valéry dans son ouvrage intitulé Mélange publié aux éditions Gallimard en 1941. Faits et analyse.

Récit des évènements de cette nuit

D’après les informations recueillies au sein de la communauté des étudiants gabonais à Dakar, des groupes d’étudiants revenaient à leur résidence universitaire après une soirée arrosée entre 02 heures 30 et 4 heures 00 du matin. C’est alors qu’ils ont été victimes d’une tentative de braquage. Ils ont été aspergés d’un liquide que les victimes ont d’abord identifié comme étant de l’ « acide ».

Lire aussi:  Mort d'Oke-Metoule par noyade, la police couvre ses éléments

« Les étudiants ont été rapidement pris en charge par la police, puis ils ont été envoyés dans un hôpital de Dakar. Ils y ont subi des analyses. Fort heureusement, ces étudiants ne souffraient que de quelques blessures », a indiqué Jessye Ella Ekogha, Conseiller Spécial du Président de la République Gabonaise, en charge du pôle communication et Porte-Parole de la Présidence de la République gabonaise en conférence de presse ce lundi 31 mai 2021.

Lire aussi:  [Éducation] ESGIS va livrer une promotion Steve Jobs en avril 2022

D’après le rapport médical, il ne s’agirait pas de l’acide comme l’a laissé entendre l’étudiante en pleurs, mais plutôt d’un détergeant liquide utilisé pour le nettoyage des carreaux.

Attitudes répréhensibles des étudiants gabonais à l’étranger

Les étudiants gabonais au Sénégal et un peu partout ailleurs adoptent, pour certains, des comportements peu honorables. Envoyés à l’étranger pour des raisons académiques, certains d’entre eux s’illustrent négativement mettant ainsi en péril leurs vies et leur avenir. Pour se rappeler les soirées festives de quartier Louis à Libreville, certains étudiants gabonais à l’étranger sont les grands abonnés des débits de boissons et des maisons closes dans dans des pays où la prostitution semble beaucoup plus régulée qu’au Gabon.

On se souvient encore de la série d’arrestations des étudiants gabonais à Dakar, il y a seulement un an pour transgression des mesures restrictives relatives à la pandémie du Covid 19 instaurées dans le pays. Se croyant dans la cour du roi Pétaud, de nombreux étudiants gabonais, fêtards dans l’âme, se sont retrouvés en garde à vue en mai 2020 à Dakar pour avoir organisé des « chills » en plein confinement alors que les rassemblements étaient interdits. Alertée par les voisins pour nuisance sonore, la police avait effectué une descente pour procéder à l’arrestation des indélicats qui ont été relaxés quelques jours plus tard.

Lire aussi:  “Le Mythe de la Casserole” par Erin Roland MANAMI MANAMI

Que cela soit à Libreville ou à Dakar, les nuit sont dangereuses, surtout au-delà de 21 heures. Il est important que les étudiants gabonais au Sénégal ou ailleurs ne perdent pas de vue l’objet de leur présence dans ce pays hôte. Les familles et le pays attendent des résultats, pas des faits divers.