Une étude menée par des chercheurs de l’université de Chicago montre que le simple fait de posséder un iPhone suffit souvent à déterminer, a priori, le niveau de vie confortable d’une personne aux États-Unis. Au Gabon, cette même étude conforte la thèse selon laquelle, l’opulence se mesure à la possession d’un iPhone au point que les jeunes se livrent aux activités illégales pour s’en offrir un.

Vous souhaitez paraître riche ? Aux États-Unis tout comme au Gabon, la solution la plus simple est peut-être d’acheter un iPhone. C’est en tout cas la conclusion d’une étude américaine menée par l’université de Chicago, publiée en juin 2018. Selon ses auteurs, aucun produit ne représente un signe extérieur de richesse aussi significativement qu’un iPhone. Les femmes sont, en premier, les vulgarisatrices de cette conception en déphasage avec les réalités de la société.

Lire aussi:  [Économie] Surendetté, le Gabon se conforte dans une richesse chimérique

Tout ce qui est cher a de la valeur. L’iPhone est devenu l’indicateur de réussite sociale. À Libreville, par exemple, à défaut d’avoir une activité professionnelle très rémunératrice, beaucoup de jeunes s’adonnent à la vente de stupéfiants et à la prostitution (même en milieu scolaire) pour pouvoir s’acheter un iPhone.

Cependant, l’iPhone est-il véritablement un signe extérieur de richesse ? Bien-sûr que non ! Le but c’est d’être riche, pas de donner l’impression de l’être. Les utilisateurs d’iPhone seraient moins honnêtes et moins humbles, à en croire les psychologues britanniques.

Lire aussi:  Craignant de mourir Okukut*, Régis Massimba rejoint le PDG d'Ali Bongo

En effet, selon une étude britannique réalisée par l’université de Lincoln et Lancaster, au Royaume-Uni et présentée lors de la conférence annuelle British Psychological Society Social Psychology Section, les possesseurs d’iPhone manqueraient d’humilité par rapport aux possesseurs d’un smartphone sous Android.

Au Gabon et dans les autres pays de la sous-région, avoir un iPhone peut être plutôt un cache-misère, un trompe-l’oeil pour dissimuler toute la souffrance endurée pour s’affirmer dans la société et susciter de l’intérêt et de l’admiration. Toutefois, si la possession d’un iPhone n’est pas une caractéristique apparente de richesse, la manière que l’on s’en est procuré demeure, en revanche, une. Tous les utilisateurs de l’iPhone ne les ont pas obtenu de la même façon: certains, à la sueur de leur font, d’autres à la sueur de leurs fesses.

Lire aussi:  La religion, le remède à la misère ?