Nathalie Yamb, née le 22 juillet 1969 à Gränichen en Suisse, est une femme politique, activiste et militante suisso-camerounaise. Installée en Côte d’Ivoire depuis 2007, elle est expulsée du pays pour la Suisse en décembre 2019. Avec Kemi Seba, ils essaient de repenser le développement de l’Afrique sans la France. Sur les réseaux sociaux et Twitter principalement, elle essaie de conscientiser la jeune africaine en perte de valeurs.

Lire aussi:  Airtel TV: la nouvelle offre foireuse d'Airtel Gabon

« La jeunesse africaine, dans sa majorité, n’aspire pas à construire une société meilleure. Elle aspire à profiter d’un système tordu. Elle court après celui qui distribue le poisson, et elle tourne le dos à celui qui veut lui apprendre à pêcher. Elle ne condamne pas la corruption, elle condamne le fait qu’elle ne soit pas bénéficiaire de la corruption.

Lire aussi:  « Comment savez-vous qu'une femme est prostituée ou pas, vous êtes son client ? », la question de Nathalie Koah à Steve Fah

Une jeunesse qui a de l’argent pour se payer un pass internet ou un smartphone, mais qui n’a pas d’argent pour aller se faire une carte d’identité. [Une jeunesse] qui a l[es] data pour regarder pendant des heures des directs sur des Sugar Dadd[ies], des sorcières et des clash d’artistes, mais qui n’en n’a pas pour suivre des cours gratuits en ligne, des capsules vidéos édifiantes sur le fonctionnement de l’Etat ou des vies sur l’entrepreneuriat. »

Lire aussi:  Wakandha, du clone de Facebook à celui d'Instagram pour un résultat toujours insatisfaisant

Quelle appréciation faites-vous de cette assertion ?