Le duel entre les fédérations gabonaise et congolaise devant la Confédération Africaine de Football (CAF) sur l’affaire Kanga a pris une autre proportion avec l’ouverture d’une enquête et la saisie officielle de la partie mise en cause. Même s’il s’agit d’une confrontation de documents et d’un recueil de témoignages à charge ou à décharge, la probabilité que l’on y fasse du lobbying n’est pas totalement exclue.

Au Gabon, les autorités « fegafootiennes » n’entretienent pas de bons rapports avec l’instance dirigeante. En revanche, en République Démocratique du Congo, Constant Omari Selemani est considéré comme la clé de voûte de ce dossier pour son expérience et son sens du relationnel.

Lire aussi:  Football et ingérence politique en Afrique subsaharienne: tour d'horizon

Constant Omari est Président de la Fédération Congolaise de Football Association (FÉCOFA) depuis 2003. Il est, par ailleurs, membre du comité exécutif et du conseil de la FIFA depuis 2015, et a occupé les postes de vice-président et même de président par intérim de la Confédération Africaine de Football (CAF) lors de la suspension d’Ahmad Ahmad en novembre 2020. Il bénéficie donc d’une notoriété au sein de l’institution.

Lire aussi:  [Urgent] Le Gabon pourrait ne pas participer à la CAN 2022 au Cameroun. Explications 🔻

Toutefois, Constant Omari ne transige pas avec ses principes. Après avoir passé dix-huit ans à la tête de la Fécofa, il a décidé de passer la main à un moment où son sport vit des heures agitées. Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, il a déclaré que les Léopards « ne sont pas prêts pour une compétition internationale. » Une déclaration qui intervient après l’élimination de la RDC par le Gabon.

Constant Omari désigne un seul et unique responsable aux déboires du football congolais : l’État. Tout en assurant avoir eu de bonnes relations avec Joseph Kabila, tout comme avec son successeur Félix Tshisekedi, il plaide pour que les autorités mettent davantage la main à la poche et qu’elles instaurent des mesures fiscales propres à favoriser le sponsoring privé.

Lire aussi:  [Football] La Russie exclue de la CDM Qatar 2022 et le Spartak Moscou de la Ligue Europa

Pour partir en triomphe de la Fécofa, Constant Omari va-t-il faire jouer son image et ses relations pour offrir une place à la sélection congolaise dans la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations prévue au Cameroun ?