Le producteur, web humoriste et influenceur camerounais Steve Fah est depuis plusieurs mois embarqué dans une querelle avec l’artiste musicien, Maahlox, Le Vibreur. Une histoire d’égos surdimensionnés et une crise de leadership qui trouvent leur fondement dans le parrainage de Brandon, dit « Petit Fally » connu sur la toile pour ses reprises des chansons de l’artiste congolais.

Le noeud de la (gué)guerre


Petit Fally est devenu célèbre sur les réseaux sociaux en interprétant une chanson de l’artiste congolais Fally Ipupa. Comme une traînée de poudre sa renommée a traversé les frontières du Cameroun. Face à la popularité conquise, Steve Fah dans un élan philanthropique et peut-être bien mercantiliste s’est rendu à Bafoussam en compagnie d’une entreprise pour remettre une somme de trois cent mille francs CFA (300 000 F. CFA) à Brandon. Il était même prêt à le produire. Cela a suscité l’ire et le courroux de Maahlox qui accuse Steve Fah de vouloir user de la notoriété de l’artiste en herbe à des fins personnelles inavouées.

Lire aussi:  Découvrez Aminata Souaré, «Tantie Chewing-gum», la nouvelle star de TikTok

À comportement de cafard, réaction de babouche

Steve Fah fait depuis un an l’objet d’accusations de détournement des dons financiers faits par des bienfaiteurs à l’endroit du Petit Fally qui, en plus de son talent reconnu, présente un handicap. Cette semaine encore, Maahlox est revenu à la charge avec de nouvelles accusations. « Tu n’as pas honte de voler un handicapé » a publié Maahlox sur sa page Facebook. Une provocation de trop selon l’humoriste. Au regard des proportions prise par cette rocambolesque affaire, Steve Fah a décidé de traduire Maahlox devant les juridictions camerounaise pour diffamation.l et injures publiques.

Lire aussi:  Léandre Nzue peut compter sur Ali BONGO pour sortir des embrouilles judiciaires

Cette fois je vais me défendre. Le peuple Camerounais est témoin ! J’espère qu’après personne ne viendra dire « C’est ton frère, vous pouvez arranger ça ». Ça fait plus d’un an que ce gars me colle l’étiquette d’un escroc, m’insulte et salit mon image. Malgré tout, j’ai toujours été pondéré et consensuel.

Un an que je vous dis de lui parler car personne n’aimerait être sali de la sorte injustement. Je suis allé jusqu’à me rabaisser en lui écrivant un message d’excuse en lui demandant un rendez-vous pour qu’on en parle. Certains s’insurgent c’est vrai, mais d’autres rient et l’encouragent. Pendant ce temps, c’est mon image qui prend un coup.

J’ai trop supporté ces diffamations et ces injures à mon égard. Aujourd’hui, l’heure est à l’action. J’espère qu’il ne dira pas qu’il n’a pas prononcé mon nom !

À comportement de cafard, réaction de babouche! Ça va se passer loin de Facebook!