On appelle « Paix des Braves » une proposition ou des accords de paix à des conditions honorables en considération de la bravoure des belligérants. Cette notion est ancienne puisqu’en 241 av. J.-C., Hamilcar Barca la propose aux insurgés lors de la Guerre des Mercenaires, nous renseigne l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Le concept a évolué et est désormais invoqué dans le contexte politique comme au Gabon où plus de 60 parties politiques ont adhéré à l’initiative du Bloc Démocratique Chrétien (BDC), un parti de la majorité au pouvoir.

Lire aussi:  «Koukoumélé», le coup de gueule de Meiway aux Présidents africains resté sans écho

Tandis que les partis politiques sont de plus en plus nombreux à signer ce pacte sociopolitique pour un « retour à la paix » en temps de paix* et dont les enjeux ne sont pas connus de plusieurs d’entre eux, Geoffroy Foumboula Libeka, entrepreneur, chrétien et acteur de la société civile est monté au créneau pour dénoncer un « chantage à l’endroit de l’Exécutif » gabonais. Une fuite en avant et une démission des responsabilités politiques qu’il décrit sans ambages.

Lire aussi:  [Politique] Jean Ping dresse le portrait de René Ndemezo'o Obiang
Je condamne la politique de la chaise vide pour les concertations électorales car c’est un devoir citoyen et personne ne doit s’y soustraire … mais ces dialogues à n’en point finir ne sont tout autre que du chantage à l’endroit de l’Exécutif. Les partis politiques doivent apprendre à conquérir le pouvoir et non se spécialiser dans le chantage politique envers celui sur qui l’autorise le pouvoir a-t-il déclaré ce samedi 17 avril.