Widget de Message Déroulant
           
Communiquez sur Funny Gabon à partir de 10.000 FCFA. WhatsApp : +241 74 31 61 14

Au Gabon, il n’est pas rare d’entendre les gens dire au quartier dans un bar au Pont d’Akébé ou dans un dans taxi entre Nkembo et Tchibi-tchoss qu’« à la fonction publique, chacun fonctionne à sa manière ». Ce n’est pas totalement faux au regard de l’anarchie et du manque d’éthique professionnelle qui y prévalent. « Normal, ce qui est public* n’appartient à personne », pense-t-on à Kinguélé.

Lire aussi:  Népotisme : le réseau de Ian Ngoulou dans l'administration gabonaise dévoilé

Chaque jour, Obone, Mabiala, Dembet et Okoumba vont travailler comme à l’accoutumée. Depuis quelques temps déjà, les usagers de leurs services respectifs se plaignent de leur attitude vis-à-vis d’eux. Lorsqu’on leur fait la remarque, ils montent sur leurs grands chevaux et vocifèrent au point même de laisser échapper des postillons de crachats: « C’est ton père qui m’a trouvé ce travail ? » Triplement triste. Que cela soit à l’hôpital, dans les ministères, dans les entreprises privées ou même dans les commissariats, le scénario est désolant, même si certaines administrations et institutions se distinguent encore positivement.

Lire aussi:  Service public : Demander le «coca» aux usagers passible de prison

Vous vous présentez à la réception d’une administration publique, l’assistante vous toise de haut en bas. À votre bonjour, elle répond avec dédain. Pour certains agents administratifs, le travail quotidien se résume à jouer le Zuma ou à regarder des vidéos sur YouTube. À 10 heures, vous souhaitez rencontrer le directeur, on vous envoie balader pour ne pas que vous sachiez que le demi-dieu n’est pas encore arrivé. À 12 heures, tout le personnel devient nerveux de faim et suspend son service pour aller manger du riz tchiep à crédit chez la Sénégalaise qui a installé son kiosque dans l’enceinte de l’édifice.

Lire aussi:  [Urgent] Mathias Otounga menace de «faire bastonner» un jeune de sa localité.

À 14 heures, les hauts cadres quittent déjà le bureau et le personnel, une demi-heure après. S’agit-il des personnes qui ont cherché et obtenu un emploi ou bien ce sont des candidatures recommandées et pistonnées par un parrain ? Le travail est mauvais, seul le salaire est bon ?


En savoir plus sur Funny Gabon

Subscribe to get the latest posts sent to your email.