Nicolas Ondo Obame, leader estudiantin, activiste politique et membre de la société civile vient de marquer son entrée au Parti Démocratique Gabonais (Gabonais), parti contre lequel il s’est toujours battu frisant même la mort. Il rejoint donc son principal adversaire, Ange Gaël Makaya Makaya ancien compagnon de l’Université Omar Bongo (UOB).


Nicolas Onda était le président du mouvement universitaire « Étudiant Conscient » porté à la tête de la mutuelle de l’UOB en octobre 2014. Jugé trop proche de l’opposition et accusé d’instigation à la revolte, son bureau sera dissout le 21 décembre 2014 donnant voie à une nouvelle élection. Après 7 mois de vide institutionnel, Gaëlle Makaya, son principal antagoniste, va donc prendre fonction en juillet 2015. La proximité entre l’administration rectorale et le nouveau président de la mutuelle considéré comme « une tentacule du PDG » a aidé à décrisper les relations tendues entre les parties en faisant taire les vraies revendications de la communauté estudiantine.

Lire aussi:  [Politique] Vladimir Poutine «est un tueur» et il «en paiera le prix», déclare Joe Biden.


Nicolas Ondo est membre de Démocratie Nouvelle (DN) où il occupe le poste de Secrétaire Permanent à la Jeunesse au sein et par ailleurs, Président de la Ligue Patriotique des Jeunes (LPJ), sous-organisation politique regroupant les jeunes de DN au même titre que l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais (UJPDG). René Ndemezo’o Obiang (RNO), Premier Secrétaire de Démocratie Nouvelle a annoncé ce samedi 03 avril que son parti intégrerait officiellement le Parti Démocratique Gabonais (PDG) duquel il avait démissionné en 2015. À cet effet, Nicolas Ondo (Secrétaire Permanent), Jonathan Ndoutoume Ngome (Porte-parole), Patrick Eyogo Edzang (2ème Secrétaire chargé du Programme) et les autres membres de DN intègrent ipso facto le PDG, sauf en cas de démission.

Lire aussi:  Paix des braves* ou pacte des lâches: Geoffroy Foumboula Libeka tranche


Après l’officialisation de la fusion-absorption de DN par le PDG, des interrogations fusent désormais au sein de la population sur la position réelle de Nicolas Ondo qui jusqu’alors incarne à la fois respect et admiration. Certaines voix dissidentes émettent des critiques sur l’éloquence de son silence: « Qui ne dit mot consent », estiment les internautes gabonais qui languissent. « Les choix du directoire de son parti lui sont imposés », justifie Patrice Assoumou sur Facebook. Un discours qui ne sied pas au regard du caractère de Nicolas Ondo.

Lire aussi:  [Politique] Jean Ping dresse le portrait de René Ndemezo'o Obiang


Pour rappel, en mai 2018, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, alors un des opposants radicaux avait créé la surprise en acceptant d’entrer au gouvernement Emmanuel Issozé Ngondet. Les 4ème et 3ème Vice-Président de l’Union et Solidarité Nicolas Nguema et Anges Kevin Nzigou et la Présidente du Mouvement des Jeunes Upgistes Elza Richtuelle Boukandou ont adressé au Secrétaire Général du parti une correspondance officialisant leur démission collective. Un décision saluée par la société civile. Seuls Jean Paul Ombanda et quelques autres jeunes avaient décidé de poursuivre l’aventure au gouvernement. À chacun ses convictions et son éthique politique.

Au Gabon, il nous a été donné plusieurs fois de constater que tout homme politique est un PDGiste qui s’ignore. Soit, c’est un ancien PDGiste, soit c’est un futur PDGiste. Le seul facteur qui rentre en compte c’est le temps. À Nicolas Ondo, nous portons ce message: « La loyauté a une frontière, au-delà, c’est du larbinisme. »