Un décret adopté en Conseil des Ministres et publié au Journal Officiel en 2019 restreint les conditions d’attribution des bourses prises en charges par l’État gabonais. Seuls les élèves âgés de 19 ans maximum et ayant obtenu au moins 12/20 au baccalauréat ou un diplôme équivalent reconnu par l’État sont éligibles. L’article 13 nouveau du décret n°404/PR/MENESTFPRSCJS du 26 septembre 2012 stipule que l’aide aux études revêt désormais trois formes distinctes formes: la bourse, l’allocation et le prêt. La dernière option divise tout autant que le critère d’âge.

Lire aussi:  Que vaut la vie des enfants du pré-primaire et du primaire pour le gouvernement ?

Mis en place dans le but « d’adapter les conditions d’attribution des bourses aux évolutions économiques actuelles », le décret n°404/PR/MENESTFPRSCJS du 26 septembre 2012 fixant les conditions d’attribution, de transfert, de suspension de bourses, d’orientation, de réorientation, ainsi que les modalités de prise en charge par l’Etat des élèves et des étudiants boursiers au Gabon et à l’étranger prévoit la possibilité de contracter un prêt étudiant remboursable pendant cinq ans auprès d’une banque et délivré selon les mêmes conditions que les bourses d’État. Les dossiers de demande de financement devront être présentés aux banques par l’Agence nationale des bourses du Gabon.

Lire aussi:  Gabon: Au Diable l'éducation! Vive la politique!

Le gouvernement prévoit aussi l’ouverture d’allocation permettant « une prise en charge financière partielle pour les études supérieures accordée au mérite, aux étudiants en dépassement des conditions d’âge, remplissant les critères de moyenne, et optant pour une orientation libre dans les établissements reconnus au Gabon », précise le compte-rendu du conseil des ministres sans indiquer le montant de la prise en charge.

Lire aussi:  [Éducation] Au LDD, JB Assélé s'en fout des «conneries» d'Ali Bongo

Au Gabon, l’accès aux allocations d’études est restreint chaque année un peu plus comme un entonnoir laissant planer le spectre d’une suppression totale imminente. Depuis plus d’un an, on observe des difficultés et des irrégularités dans le paiement de celles-ci. À l’étranger, certains étudiants sont laisser pour compte.