Le Conseil des Ministres s’est tenu à Libreville ce mercredi 07 avril 2021 à 10 heures par visioconférence, une habitude devenue, sous la Haute Présidence de Son Excellence Ali Bongo Ondimba, Président de la République, Chef de l’Etat.

En ce qui concerne le secteur de la Santé, sur présentation de Monsieur le Ministre Guy Patrick Obiang Ndong, le Conseil des Ministres a entériné trois (3) projets de textes dont un projet de loi portant prorogation, une énième fois, des mesures de prévention, de lutte et de riposte contre le Covid 19 en République Gabonaise.

Lire aussi:  [Arrêt sur image] L'UOB rend un vibrant hommage aux victimes de la saga sanguinaire du 18 février.

Conformément à l’article 6 de l’ordonnance n°007/2020 portant modification de certaines dispositions de la loi n°003/2020 du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires, ratifié par la loi n°024/2020, les mesures sanitaires de prévention, de lutte et de riposte contre la Covid 19 sont prorogées pour une durée de 45 jours.

Lire aussi:  Guy Patrick Obiang Ndong : L'Incohérence Paroxysmée* | Partie 1

Rappelons que dans le cadre de la lutte contre la pandémie, l’état d’urgence avait été déclaré pour la première fois sur toute l’étendue du territoire gabonais le 09 avril 2020 pour une durée initiale de 15 jours avant que le Législatif ne confère les pleins pouvoirs à l’Exécutif pour agir sans son seing. Depuis lors, c’est devenu une coutume de reconduire, sans consultation du Parlement, le régime d’état d’urgence restreignant ainsi les libertés fondamentales des populations.

Ces derniers avaient initié un mouvement de protestation pacifique dit « Révolution des Casseroles » pour dénoncer des mesures restrictives gouvernementales iniques. Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait alors dénoncé dans un autre contexte la politisation de la pandémie, accusant « certains » pays d’employer des mesures trop sévères, au nom du Covid 19, pour priver les populations de leurs libertés fondamentales et le droit d’exercice de leurs activités de subsistance.