Le Plan National de Vaccination conçu par la Premier Ministre Rose Christiane Ossoouka Raponda, implémenté par le Ministre de la Santé Guy Patrick Obiang Ndong et soumis au Président Ali Bongo Ondimba désigne clairement les cibles prioritaires du vaccin contre le Covid 19. Il s’agit du personnel de santé, des secteurs civils, militaires et privés ainsi que les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des personnes ayant des comorbidités (hypertension artérielle, diabète et autres pathologies).

Il y a également les travailleurs des secteurs à risque élevé, notamment les enseignants du secondaire et les commerçants. Quelques jours avant le début de la vaccination, des théories complotistes ont commencé à émerger avançant l’idée d’un peuple cobaye assimilant les populations aux rats de laboratoires. Il aura été donc difficile de rallier ces priorités à la vaccination. Face à cet échec, le vaccin s’est contenté de tous les nombreux volontaires qui sont convaincus que le retour à une vie normale passe par l’administration de doses du vaccin.

Lire aussi:  [Photos] Le fameux vaccin est enfin arrivé aujourd'hui.

Toutefois, les Gabonais ne sont pas les seuls à nourrir des conceptions pessimistes. En novembre 2020, un documentaire français aux relents complotistes intitulé « Hold-Up – Retour sur un Chaos » est devenu viral sur internet avant d’être censuré. Relayé par les stars et les spécialistes hors pairs mais vivement critiqué par le monde politique, le documentaire prétend dénoncer une cabale internationale autour de la pandémie.

Lire aussi:  Le Gabon plus efficace que la France dans la riposte contre le Covid 19 selon Didier Raoult

Il y a quelques mois, les vaccins chinois Sinopharm et suédo-britannique AstraZeneca ont été vivement critiqués dans le monde et sept (7) pays européens, dont le Danemark et la Norvège, avaient interrompu l’utilisation d’un lot d’un million de doses du vaccin AstraZeneca. Très récemment, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a rendu un rapport qui décrit le vaccin Sinopharm comme « fiable » alors que la fiabilité de l’OMS elle-même est remise en cause dans le documentaire susmentionné.

Lire aussi:  Atteint du Covid 19, Michel Gohou est désormais hors de danger

Les volontaires doivent répondre à une série de critères pour être éligibles à la vaccination. Selon les informations rendues publiques par les autorités gabonaises, si on allaite, est allergique à un vaccin, si on fait une toux ou un simple rhume, si on a récemment été positif au Covid 19, on est pas éligible à la vaccination. Le dernier critère laisse perplexe et pose un problème de logique. Les autorités sanitaires gabonaises soutiendraient-elles la théorie d’ « immunité rétrospective » selon laquelle on ne peut contracter le Coronavirus deux fois ?