La société gabonaise est en proie à plusieurs fléaux qui gangrènent la vie des citoyens chaque jour, un peu plus. C’est indicible! Les plus vulnérables sont pris pour cible. Il n’y a aucun mot pour décrire les maux de qui minent le quotidien des riverains. Après le vol des compteurs d’électricité enregistré dans les États-Unis d’Akébé, les Emirats de Belle-Vue et le comté de Kingston, c’est désormais au population de derrière la « Cité des fous » qui essuient les vols de compteurs d’eau, la nuit tombée.

Lire aussi:  Deux comptables de la CNAMGS au gnouf pour avoir volé l'argent destiné aux prêtres

En effet, depuis pratiquement deux (2) semaines, les populations du quartier PK 11, principalement celles situées derrière l’Hôpital Psychiatrique de Melen, « la Cité des fous » sont victimes des vols de compteurs d’eaux. La nuit de samedi 27 au dimanche 28 mars et celle de lundi 29 à mardi 30 mars ont été les plus inquiétantes au regard de la recrudescence du nombre de cas de vols. Dans les zones dites Nzeng Miang et Malaba, grande fût la stupéfaction des riverains au lever du soleil de constater que plusieurs compteurs d’eau ont été démonté causant d’énormes fuites d’eau.

Lire aussi:  «En 2023, les éléphants voteront le PDG à Mekambo», déclarent les populations

On vole les compteurs d’électricité, on vole les compteurs d’eau, on vole les sous-vêtements du voisin sur le séchoir. Nous craignons que l’on ne soit bientôt obligés de voler l’air pour respirer. À cette allure, ça craint.