En décembre 2019, pendant campagne anticorruption dénommée « Opération Scorpion » menée par la Direction Générale des Recherches (DGR) et la Direction Générale des Contre-Ingérences et de la Sécurité Militaire qui a conduit à l’arrestation de plusieurs hauts cadres d’entreprises publiques et parapubliques, Jeff Clio Moulengui avait appelé à une marche pour demander pardon à Ali Bongo Ondimba. Un cuisant échec tant dans le fond que dans la forme. 2 ans après, que devient-il ?

Traduction de documents

De quoi s’agissait-il, en réalité ?

Jeff Clio, jeune activiste politique gabonais, avait appelé sur les réseaux sociaux et par l’entremise de certains médias, la jeunesse gabonaise à une marche dont l’un des objectifs était de demander pardon au président de la République pour les erreurs et les actes de haute trahison posés par certains des jeunes collaborateurs du Chef de l’État.

Lire aussi:  [Santé] CHU Jean Ebori: Une clinique* qui fait saigner ses patients-clients

D’après l’initiateur du projet, « C’est une tradition chez nous les Bantu, qui veut que lorsqu’un jeune a offensé un aîné, il lui demande des excuses. Seulement, contrairement à l’idée selon laquelle mon appel ne consistait qu’à cet acte de repentance, je me dois de préciser que ce n’est pas le cas. Il s’agit d’abord d’une marche que je qualifierais d’anticorruption », a indiqué Jeff Clio Moulengui à Gabon Media Time.

Marche du Pardon

Affiche de la « Marche du Pardon » initiée par Jeff Clio Mouloungui.

Demander pardon à qui et pourquoi ?

La cause du principal échec de cette initiative réside dans sa formulation. Si le destinataire a été bien choisi, en revanche, le destinataire non. En effet, beaucoup de jeunes gabonais n’ont pas compris l’idée d’aller demander pardon pour une offense qu’ils n’ont pas commise. Ce sont ses propres soutiens, des personnes en qui il a placer sa confiance qui l’ont trahis. Ce sont les coups bas de leurs cuisine interne. Les populations qui, pour la plupart, vivent la misère, ne se reconnaissent pas. S’il y a quelqu’un qui devrait rendre des comptes au peuple, c’est bien Ali Bongo pour la confiance accordée en 2009 et renouvelée en 2016.

Lire aussi:  Ali Bongo promet d'aller décrocher la lune pour les Gabonais

Les desseins inavoués de Jeff Clio

Jeff Clio Mouloungui est issu d’une famille aisée et fréquente la famille présidentielle depuis plusieurs années. Suite à la descente aux enfers d’autres jeunes pedegistes proches du Palais du Bord de Mer, il a voulu se présenter en tant que nouveau leader de la jeunesse politique. Malheureusement, sa stratégie n’a pas fait l’unanimité même dans le cercle ésotérique du Parti Démagogique Gabonais.

Lire aussi:  Nephtali Nalick en garde à vue pour avoir dénoncé l'insalubrité dans un camp de police

Aujourd’hui il est le sujet des critiques acerbes de la part de ses compagnons de lutte et se sent désormais menacé. Son discours a changé et se montre de plus en plus arrogant envers les siens. Entre l’humilité et l’arrogance, il n’y a qu’un seul pas.