Lors d’une interview diffusée mercredi 17 mars par la chaîne américaine ABC, le président Joe Biden a dit penser que son homologue russe Vladimir Poutine est « un tueur », en promettant qu’il en paierait « le prix ». Des commentaires que la Russie n’a pas appréciés, au lendemain de nouvelles accusations d’interférences russes dans les élections américaines. Le président de la Chambre basse du Parlement à Moscou a notamment évoqué une « insulte » contre son pays.

Lire aussi:  Comprendre le casse-tête chinois des élections américaines en quelques points
Traduction de documents

« Vladimir Poutine a tenté d’interférer dans les élections, il a soutenu Donald Trump », entame le journaliste vedette d’ABC, George Stephanopoulos, en évoquant les déclarations du directeur de la Sécurité nationale, avant d’interroger : « Quel prix doit-il payer ? » « Il payera un prix », répond le président américain Joe Biden, qui ajoute : « Je le connais relativement bien », rapporte la correspondante de RFI à Washington, Anne Corpet.

Le journaliste le relance : « Vous avez dit qu’il n’avait pas d’âme » Le président répond :

Lire aussi:  [Urgent] Le vaccin chinois arrive au Gabon ce 12 mars 2021 — Suspense

« Oui, j’ai dit cela. J’étais seul avec lui dans son bureau et c’est venu comme cela. Le président Bush avait dit qu’il l’avait regardé dans les yeux et qu’il y avait vu une âme. J’ai dit : « Je vous regarde dans les yeux et je ne pense pas que vous ayez une âme ». Il m’a répondu : « On se comprend ». »

Le journaliste reprend : « Donc, vous connaissez Vladimir Poutine. Vous pensez que c’est un tueur ? » « Oui, je le pense », lui répond le président. Et le journaliste insiste : « Donc, quel prix doit-il payer ? » « Vous le verrez bientôt », élude le président.

© RFI

Lire aussi:  Chill: Une «bière-limonade» du groupe Castel produite au Gabon sous le label Regab par la Sobraga