Philippe Arsène Owono désigné comme le leader de la Révolution des Casseroles, mouvement de protestation pacifique citoyen contre les restrictions gouvernementales, a été arrêté le samedi 27 février 2021 et placé en garde à vue (GAV).

Deux (2) semaines après son arrestation qui semble plutôt être une séquestration, il n’a jamais été déféré au Parquet de la République, il est toujours en garde à vue, une garde à vue abusive et illégale au regard de la loi en vigueur en République Gabonaise.

Lire aussi:  Togo: Vincent Bolloré, le magnat de la corruption en Afrique risque gros en France

L’Article 5 alinéa 2 du Code de Procédure Pénale Gabonais dispose:
« La durée de la garde à vue ne peut excéder quarante‐huit heures. Elle peut être prolongée d’un nouveau délai non renouvelable de quarante‐huit (48) heures par autorisation écrite du Procureur de la République. »

Le Procureur de la République qui est l’avocat de la société et défenseur des droits de l’Homme par essence, doit incessamment mettre fin à cette mesure abusive car elle ne repose sur aucun fondement légal. Soit nous sommes dans un État de droit, soit nous n’y sommes pas. On peut pas instrumentaliser les institutions judiciaires pour régler des comptes personnels.

Lire aussi:  Top 5 des promesses non tenues d'Ali Bongo Ondimba

» Lire aussi: Suite aux mesures iniques du gouvernement, les Gabonais lancent la révolution des casseroles — Reportage

« La raison du plus fort est toujours la meilleure ». C’est la morale de la fable Le Loup et l’Agneau de Jean de La Fontaine (1668). La « raison » ou « loi » du plus fort désigne une situation où une confrontation se résout par un rapport de force au profit d’une partie (individu ou groupe) et au détriment d’une autre. Un apport entre l’oeuf et le caillou.

Lire aussi:  [Urgent] Une violente explosion dans une caserne fait plusieurs morts à Bata, en Guinée Équatoriale.

« Le Droit que l’on apprend dans les livres n’est pas celui qui gouverne ce monde », disait quelqu’un.