Dans un contexte marqué par la pandémie du Covid 19 et alors que beaucoup de Gabonais boudent de plus en plus le vaccin contre le Coronavirus, la Présidence de la République Gabonaise a une énième fois choisi un mauvais timing pour le lancement de la nouvelle édition de son programme SMILE. Certains parents l’assimilent à une campagne de vaccination dissimulée au sein des établissements; pour d’autres, ce serait un empoisonnement des enfants à grande échelle avec des médicaments jugés «nocifs».

Pub sur Funny Gabon

Espace publicitaire premium

Le programme de Soins Médicaux Initiés pour Les Enfants en abrégé SMILE est une initiative de la Présidence de la République Gabonaise qui vise principalement à garantir aux enfants âgés de 5 ans et plus des meilleurs soins de santé offerts par des experts des domaines de l’ophtalmologie, l’odontologie et la nutrition infantile. Cette semaine, dans les principaux établissements de la capitale, des élèves ont reçu des formulaires à transmettre à leurs parents pour approbation afin de bénéficier dudit programme.

Lire aussi:  [Covid 19] Notre fâcheuse vérité sur l'usage et l'efficacité des différents vaccins dans le monde

Alors que certains parents restent sceptiques quant à la portée d’une telle initiative au moment où les autorités annoncent la venue imminente du vaccin très décrié contre le Coronavirus, d’autres critiques plus acerbes font état d’une campagne d’empoisonnement massif à en juger le caractère «nocif» de ces médicaments tel que présenté par les détracteurs.

Lire aussi:  [Insolite] Après 7 ans passés au « Kentucky », il viole désormais des folles pour assouvir sa libido.

» Lire aussi: [Santé] Le Syndicat des Médecins Fonctionnaires du Gabon n’en peut plus du gouvernement de Rose Christiane Ossoouka

Toutefois, des esprits illuminés s’interrogent sur la périodicité d’une telle initiative et toutes les restrictions y relatives alors que c’est de l’obligation de l’État d’offrir des meilleurs soins de santé à sa population sans discontinuer. À leur entendement, au lieu de créer des programmes de santé isolés et placés sous la tutelle du Président de la République, il serait profitable à tous d’améliorer les conditions précaires dans les centres de santé déjà existants pour ne pas que d’aucuns soient obligés de s’enrôler pour un programme saisonnier qui, par ailleurs, suscite d’ores et déjà moultes réactions au sein de l’opinion.