Suite à nos précédentes révélations portant sur des cas positifs de Covid 19 dissimulés à l’Université Omar Bongo (UOB) notamment à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE), le recteur avait corroboré nos dires dans une communication officielle et les membres du COPIL Coronavirus avait procédé au dépistage de l’administration décanale. Depuis lors, les résultats se font toujours attendre et les cas ne cesse de se multiplier au sein de la communauté estudiantine. Certains n’osent même pas révéler leur statut mettant ainsi en danger la vie de leurs proches.

Lire aussi:  La bourse d'études désormais un prêt bancaire remboursable, entre autres.

La situation épidémiologique de l’Université Omar Bongo est opaque tant il y a des cas positifs dissimulés. En effet, plusieurs étudiants de la FDSE sont testés positifs à ce jour. Le plus intriguant, certains préfèrent le garder pour secret mettant en péril la vie de leurs proches. Un étudiant en Master 1 – Juriste Conseil des Entreprises et des Organisations (MJCEO) est l’un d’eux. Bien que conscient de la dangerosité de son acte et de sa responsabilité sur le plan juridique, il ne souhaite pas révéler son statut aux personnes avec qui il a pu être en contact ses derniers jours.

Lire aussi:  Urgent: Après avoir empoché 1,2 milliards de FCFA, le gouvernement acte le retour de la gratuité des tests Covid 19

» Lire aussi: Coronavirus: Des cas positifs dissimulés à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE)?

Aussi, depuis plus de deux (2) semaines déjà que les membres de l’administration de l’université se sont fait dépistés, ils sont toujours en attente des résultats. Pendant ce temps, il ne cesse d’être en contact avec d’autres personnes. Par ailleurs, les cours de plus de 60 étudiants continuent à se tenir au sein de l’UOB en dépit des restrictions annoncées par le gouvernement. Une situation qui devrait inquiéter chaque étudiant et l’amener à limiter ses contacts avec les autres puisque personne n’ose révéler son statut. Le Coronavirus serait-il devenu une maladie de la honte ?