La vie des Gabonais est rythmée depuis près d’une semaine par une insécurité grandissante similaire à celle subséquente aux élections présidentielles de 2016. Ce dimanche 21 février, au lieu dit 3 Filaos, un véhicule roulant à vive allure aurait marqué un court arrêt à proximité d’une église. Un individu encagoulé à bord aurait jeté un objet qui explosera au sol.

Photo du jeune homme démembré suite à l’explosion dans une église ce dimanche

L’histoire des véhicules mystérieux qui sèment le chaos au sein de la population continue de défrayer la chronique. Cette fois c’est à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon où un individu aurait jeté dans une église un objet qui sera identifié par les populations comme une « bombe artisanale ».

L’exposition de ce dimanche a fait plusieurs blessés graves dont un homme qui a perdu ses deux bras. Selon les témoignages recueillis par nos confrères de Gabon Media Time (GMT) auprès de la famille, les faits semblent être totalement autres.

Quelques instant après la mise en ligne de cet article des précisions ont été rapportées par des membres de la famille: « C’est un petit de l’église qui a ramassé une grenade au quartier et il a emmené ça à l’église. Du coup mon grand frère a pris ça et ne sachant pas ce que c’était il a tiré sur la corde et ça a explosé et brisé ses deux mains ».

» Lire aussi: [ Vidéo ] Les 2 compatriotes ont été tués en légitime défense, sous-entend le Procureur de la République.

Lire aussi:  Mitzic : Elle ligote et tue son fils à l'aide d'une branche de goyavier

Dans quel pays vivons-nous désormais pour que les « petits » ramassent des grenades qui jonchent les rues et les apportent à l’église ? Vivement que la lumière soit fait sur cette affaire qui affole l’ensemble de toute la population gabonaise.