Suite à la révolution des casseroles, manifestation pacifique des citoyens Gabonais face aux mesures restrictives prises par un gouvernement vomi et honni par tous, la réponse de l’Exécutif est plutôt disporpotionnée. Il y a eu des fusillades dans les PK et dans certains quartiers de Port-Gentil. On parle de plusieurs morts dans la seule nuit d’hier. Ce qui marque officiellement le retour, plus tôt que prévu en 2023, de l’escadron de la mort.

Lire aussi:  Gabon: Au Diable l'éducation! Vive la politique!

Qu’est-ce qu’un escadron de la mort ?

Comme le souligne Wikipédia, « Un escadron de la mort est le nom couramment donné à un groupe armé qui organise, généralement en secret, des exécutions sommaires ou des enlèvements d’activistes, de dissidents, d’opposants politiques ou économiques ou toute personne perçue comme interférant avec un ordre social ou politique établi.

Les escadrons de la mort sont souvent associés, d’une manière ou d’une autre, aux méthodes de répression orchestrées par les dictatures ou les régimes totalitaires. Ils mettent en œuvre une politique de terrorisme d’État décidée par ou avec l’accord tacite des plus hauts échelons du pouvoir. Les escadrons de la mort peuvent être une police secrète, un groupe paramilitaire ou une unité spéciale d’un gouvernement où ont été détachés des membres de la police ou de l’armée.

Lire aussi:  Ils tuent, ligotent et jettent un homme dans une rivière pour 3 Regabs impayées

On distingue en général, les escadrons de la mort des terroristes dans le fait que leur violence est utilisée pour maintenir un statu quo plutôt que pour rompre avec l’ordre social existant. »

À lire aussi

Avec ces nombreuses tueries contastées cette nuit, vous l’avez compris: le couvre-feu n’a rien à voir avec le Covid 19, la vaccination non plus. Les vrais desseins de ce simulacre de confinement se dévoilent à mesure que les jours passent.