Amandine, surnommée La Reine d’Empire (style musical altogovéen), est caricaturée par beaucoup de mélomanes gabonais comme l’Atalakoutiste en chef, devant Prince Kiala et Lova Lova Anel-K.

«Atalaku» ou «atalakou» est un terme Nouchi, jargon ivoirien, qui signifie «faire l’éloge de quelqu’un ; vanter ses exploits». En musique, on parle de dédicace. L’expression est également utilisée sur les deux rives du fleuve Congo. Aujourd’hui, le mot a pris une connotation négative car les artistes n’écrivent plus de textes intéressants mais chantent plutôt les louanges des personnes influentes pour booster leurs côtes.

Lire aussi:  [ Vidéos ] Des jeunes gabonais tombent sous les balles pour avoir tapés sur les casseroles

Ce serait l’un des plus grands péchés que les mélomanes reprochent à l’artiste tradi-moderne, Amandine. Elle est sollicitée pour les chansons de campagnes électorales, des mariages, des anniversaires et même des décès mettant de côté son talent naturel enfouit en elle.

Très récemment, l’artiste a annoncé son come back avec un single intitulé «Andja M’Okeri» (L’eau de la Rivière) dans les bacs dès ce samedi 10 octobre 2020. La Reine d’Empire promet le meilleur à ses fans.

Lire aussi:  Suite aux mesures iniques du gouvernement, les Gabonais lancent la révolution des casseroles — Reportage

Est-ce la trêve des atalakous et la renaissance de la vraie musique ? Time will tell. Tic tac!