Au fur et à mesure que les jours passent, les Gabonais deviennent de plus en plus irrités par la pérennisation du couvre-feu instauré de 20 heures à 5 heures qui, selon eux, présente beaucoup de conséquences négatives sur l’économie et la société.

Entre la réduction des salaires, la perte d’emploi, la cherté de la vie ou l’expulsion pour impayés de loyer, le chapelet des problèmes des Gabonais lambda est en réalité plus long que la queue du singe de la forêt équatoriale.

Lire aussi:  L'éducation n'est pas une « activité essentielle » selon Rose Christiane Ossoouka et sa bande

Certaines citoyens ont ainsi décidé de briser le silence coupable et d’exprimer leur ras le bol a travers le hashtag #NonAuCouvreFeu241. Une campagne numérique pacifique pour interpeller les dirigeants à entrevoir un déconfinement dans les prochains jours.

Le virus ne connaît ni le jour, ni la nuit. Pourquoi restreindre les rassemblements et déplacements la nuits? — S’interroge Franck sur Facebook.

Vivement que cette requête ait un écho favorable auprès des autorités compétentes en charge de la gestion de la crise sanitaire dans le pays.

Lire aussi:  Suite aux mesures iniques du gouvernement, les Gabonais lancent la révolution des casseroles — Reportage

Et vous, qu’en pensez-vous ? Doit-on lever le couvre-feu ou le pérenniser ?