Ce lundi 17 août 2020, le Gabon célèbre son soixantième anniversaire d’accession à la souveraineté nationale. Du moins, c’est ce que l’on nous fait croire depuis six décennies.

L’indépendance est une condition pour une nation, un pays, un État dans lequel les résidents et la population exercent l’autogouvernance, et habituellement une souveraineté totale sur le territoire — nous renseigne l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

Au regard des rapports qu’entretiennent la France et le Gabon, on est tenté de penser que le pays de Antchuwè Kowè Rapontchombo est toujours régenté par l’autorité coloniale.

Lire aussi:  Le Britannique Lee White fait la pluie et le beau temps aux Eaux et Forêts

Le Gabon fête 60 ans d’indépendance factice qui n’est malheureusement pas suivie par l’indépendance politique, économique et monétaire. Le pays se fait biberonner. Certaines décisions importantes émanent encore de l’Elysée. Le FMI, la BAD et la BM brillent par un chantage économique. Une situation qui semble ne pas déranger la classe dirigeante depuis 1960.

Lire aussi:  «Vous n'avez rien dans la tête», lance Mario Lemina aux journalistes* sportifs à deux sous.

Base militaire française, franc CFA, francophonie et ingérence politique dans le choix des dirigeants, le Gabon reste bébé à vie et ne souhaite pas couper le cordon ombilical de si tôt.